Une prise de conscience sur les inégalités salariales femmes-hommes

Premier constat : un salarié sur deux considère que le simple fait d’être une femme est un frein à sa carrière professionnelle. Deuxième constat : les femmes touchent en moyenne 9 % de moins que les hommes à poste égal, les entreprises ont conscience que les choses doivent changer.

Aujourd’hui, nous sommes dans un tournant avec une prise de conscience réelle des pouvoirs publics face à ces inégalités entre les femmes et les hommes. La ministre du Travail, Muriel Pénicaud tend à faire évoluer les choses, en supprimant cette inégalité salariale pour laquelle les entreprises vont devoir appliquer des lois en vigueur dans notre pays depuis plus de 40 ans.

Après 40 ans de lois successives sur l’égalité professionnelle

L’une des premières lois, datant de 1892, n’avait pas pour but de garantir une égalité professionnelle mais de protéger la femme en limitant le nombre d’heures de travail journalier à 11 heures et lui interdisant le travail de nuit dans l’industrie. De par cette loi, le statut de la femme est restreint à celui de femme fragile qui doit être protégée au sein du travail et à celui de mère avant tout.

Depuis 1972, de nombreuses lois se sont succédées afin de garantir une égalité professionnelle, dans un premier temps sur l’égalité salariale à poste égal, puis sur les offres d’emploi qui ne peuvent être discriminantes sur une préférence de sexe et encore sur l’égalité de traitement. Puis la loi du 13 juillet 1983, appelée Loi Roudy, modifie le code travail et le code pénal en réaffirmant le principe d’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes dans tout le champ professionnel, à savoir le recrutement, la rémunération, la promotion et le droit à la formation. La Loi Génisson, du 9 mai 2001, affirme une obligation de négocier sur l’égalité professionnelle au niveau de l’entreprise et au niveau des branches. Cette loi sera complétée par une loi du 23 mars 2006 imposant des négociations sur des mesures de suppression des écarts de rémunérations. Cette dernière loi devait disparaître à compter du 31 décembre 2010, toutefois, les chiffres actuels sur les inégalités de salaire tendent à penser que toutes les entreprises n’ont pas appliqué la législation mise en place.

Des mesures contraignantes pour faire évoluer les choses

La ministre du travail, Muriel Pénicaud, s’est exprimée sur ce problème d’inégalité et a stipulé qu’une nouvelle loi ne serait pas la solution au vu des nombreuses lois adoptées depuis 40 ans qui n’ont pas réussi à supprimer les inégalités professionnelles. Elle estime, qu'aujourd'hui, il doit y avoir une réelle prise de conscience de la part des entreprises. D’après le CESE (Conseil économique, social et environnemental), des mesures contraignantes doivent être mises en place à l’encontre des entreprises. Le 23 janvier 2018, le CESE a présenté au gouvernement une résolution pour l’égalité entre les femmes et les hommes dans le cadre du Tour de France de l’Égalité, qui a pour ambition de donner aux citoyens les moyens de s’exprimer sur la question de l’égalité femmes-hommes, tant sur la façon dont elle doit être appréhendée, mais également sur ce qu’ils attendent des pouvoirs publics.

Au cours de cette plénière, le CESE a formulé des préconisations regroupées dans 5 axes majeurs : fixer de nouveaux objectifs pour atteindre l’égalité professionnelle, renforcer, dans l’éducation, les moyens de lutte contre les stéréotypes, contre les violences sexistes et sexuelles, engager et mettre en œuvre des politiques publiques exemplaires en matière d’égalité, affecter des budgets à hauteur des besoins en faveur des droits des femmes et de l’égalité.

Le Tour de France de l’égalité, lancé en octobre 2017, a été clôturé en mars 2018 par un comité interministériel qui a fait état de plus de 50 mesures en faveur de l’égalité femmes-hommes. Le Président de la République avait d’ailleurs annoncé, en novembre dernier, qu’il était du devoir de l’Inspection du Travail de veiller à l’application des lois en matière d’égalité salariale. L’Etat compte bien devenir le moteur de ce changement, de cette prise de conscience, une grande cause qui avait d’ailleurs été placée au cœur du quinquennat d’Emmanuel Macron.

Dans un monde professionnel qui n’est parfois pas évident lorsque l’on est une femme, il est important d’anticiper un maximum pour éviter les mauvaises surprises tant au niveau de l’entreprise qu’au niveau personnel. SMAvie vous accompagne dans vos projets professionnels comme dans votre quotidien.

Faites le bilan de votre situation avec un conseiller dans votre région.

Document publicitaire.

Sources :

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/inegalites-femmes-hommes-au-travail-enfin-le-reveil-765639.html