Comment agir contre la pollution digitale ?

Comme tous les domaines, celui de l’informatique est désormais associé par les fabricants et les utilisateurs au développement durable et à l’écologie. Cette préoccupation, phénomène de société, oblige de plus en plus les fabricants à innover avec des modèles plus “propres” et moins générateurs de pollution.
Lire la suite de l'article

En effet, le constat à ce jour prouve que les technologies liées à la communication sont responsables d’au moins 3 % des émissions à effet de serre au niveau mondial, le même pourcentage que celui du transport aérien. Par ailleurs, les entreprises conscientes de leur responsabilité dans cette pollution digitale doivent mettre en place des plans d’actions, car comme les déchets, ils sont émetteurs à grande échelle de cette pollution. Certaines ont mis en place des actions et des formations, ou en tout cas des informations, pour leurs salariés afin de lutter contre ce fléau et en tout cas de le limiter et de sensibiliser les utilisateurs.

Les particuliers doivent être sensibilisés également et chaque individu ayant un ou plusieurs appareils numériques doit prendre conscience de la portée négative et de l’impact sur la nature. Que ce soit dans le cadre professionnel ou personnel, il est possible de participer à son échelle à cette lutte contre la pollution en ayant quelques réflexes simples, mais efficaces.

Les réflexes simples pour réduire la pollution digitale

Pour réduire la pollution digitale, chacun à son niveau peut y participer. En effet, il y existe de petites astuces qui peuvent contribuer à la réduire. En utilisant quotidiennement son ordinateur, le salarié ou le particulier peut limiter la pollution digitale en enregistrant ses recherches, sur Google par exemple, dans les favoris afin de ne pas effectuer les mêmes recherches plusieurs fois, recherches qui génèrent du CO².

De plus en plus de fabricants et de développeurs influencent également les utilisateurs pour utiliser des moteurs de recherches dits éco-responsables. Ils sont développés par des sociétés qui ont une action sur le terrain en réalisant par exemple des actions de reforestation ou en finançant des associations qui œuvrent dans ce sens.

Il est indispensable, par ailleurs, de penser à fermer tous les onglets inutilisés, eux aussi générateurs de CO². Cette démarche simple qui, de plus, permet d’accélérer les temps de réponse, permet elle aussi de limiter l’émission de pollution.

Limiter la pollution dans sa communication digitale

L’enjeu de la baisse de la pollution est tel qu’il est indispensable que chacun revoit par ailleurs sa façon de communiquer à la base, c’est-à-dire lors de l’envoi de mails. Afin de limiter de manière conséquente l’émission de CO², chacun doit gérer la quantité et le contenu de ses mails pour les limiter, et ce, chaque jour. En effet, il a été démontré que les messages émis génèrent pratiquement 20 grammes de CO² par message. Lorsque l’on sait que le chiffre des mails envoyés dans le monde s’élève à des millions, on prend conscience de l’ampleur du phénomène et de la hauteur de cette pollution.

Il convient donc de revoir cette forme de communication en diminuant si possible le nombre, mais aussi le contenu. Dans le cadre de l’envoi vers plusieurs destinataires, il est préférable de privilégier les conversations instantanées, moins polluantes, permettant d’envoyer un seul message vers plusieurs destinataires.

Enfin, dans le cadre de l’envoi ou de la réception de nos messages, il est possible de revoir notre façon de stocker ces données, en privilégiant par exemple une clé USB ou encore de faire appel à des logiciels comme Wetransfer qui permet d’envoyer jusqu’à 2 Go de données à son destinataire. Grâce à la destruction des fichiers au bout de quelques temps, le stockage disparaît et ne génère donc plus de pollution.

La pollution digitale touche tous les métiers et peut être diminuée. Chaque geste contribue positivement à la réduction d’émission de CO². Bien organiser son activité c’est aussi s’entourer des bonnes personnes et anticiper un maximum. Nos conseillers vous aideront à déterminer quelles solutions peuvent vous aider à démarrer ou pérenniser votre activité.

 

sources : https://www.lci.fr/open-space/environnement-ecologie-recherches-sur-google-et-co2-e-mails-cinq-astuces-pour-reduire-votre-pollution-digitale-au-travail-2113924.html

Envoyez-nous votre avis