Être accompagné et aidé : un facteur essentiel pour entreprendre !

Entreprendre un projet professionnel n’est pas une mince affaire ! Outre les démarches et formalités à réaliser pour être le propre acteur de sa vie professionnelle, il faudra faire preuve d’engagement !

Lire la suite de l'article

Selon la situation personnelle, le projet, les besoins financiers pour débuter le projet, il existe différentes aides et subventions afin d’accompagner et d’aider les futurs créateurs d’entreprise. L’un des premiers acteurs publics à épauler et accompagner les créateurs d’entreprise est Pôle emploi, mais il existe d’autres acteurs au niveau local, régional et national.

Le plus important est de connaître les aides auxquelles on peut prétendre, se renseigner sur les divers accompagnements possibles, car aujourd’hui il en existe une multitude. Certaines sont destinées à un public large et d’autres s’adressent à une catégorie bien identifiée ou un projet précis.

L’accompagnement financier et moral : un atout pour entreprendre

L’accompagnement, qu’il soit financier, moral ou physique, est un facteur essentiel lors d’une création d’entreprise. En effet, mis à part le soutien moral de l’entourage, les créateurs peuvent avoir des besoins d’aides financières ou des subventions. De plus, outre cet accompagnement financier, il existe des accompagnements en nature, cela signifie que certains experts peuvent épauler, conseiller et accompagner le créateur dans les différentes démarches à accomplir ou afin d’établir différents documents, comme un bilan prévisionnel.

Aujourd’hui, en France, il existe de multiples acteurs qui accompagnent et aident financièrement les créateurs d’entreprise. L’un des principaux acteurs est Pôle Emploi qui propose des aides en fonction de la situation du créateur. D’autres organismes pourront servir de garantie si le créateur doit réaliser un prêt bancaire pour les besoins de son activité.

Des aides et subventions à différentes échelles

Pôle Emploi, sous certaines conditions, propose l’ACCRE (aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d'entreprise). Cette aide permet d’obtenir une exonération partielle pendant un an des charges sociales, voire totale pour les créateurs dont les revenus seraient inférieurs à ¾ du PASS, soit 29 799 € pour 2018. Toutefois, certaines cotisations resteront dues, à savoir les cotisations relatives à la CSG-CRDS, au risque accident du travail, à la retraite complémentaire et à la formation professionnelle continue. Pour pouvoir bénéficier de cette exonération, il convient d’être par exemple demandeur d’emploi indemnisé, bénéficiaire du RSA, de l’allocation temporaire d’attente (ATA) ou encore bénéficiaire de la PreParE (Prestation Partagée d’éducation de l’Enfant) versée aux femmes ou aux hommes qui cessent ou réduisent leurs activités professionnelles pour s’occuper de leur enfant de moins de 3 ans.

Pôle Emploi propose également deux autres aides aux bénéficiaires de l’ARE (Allocation d’aide au retour à l’emploi). Ils peuvent avoir le choix entre continuer à percevoir cette allocation pendant 24 mois ou demander à percevoir 45% du montant du reliquat de leurs allocations chômage à la date de début de l'activité. Ce capital sera versé en deux fois, de plus, si l’entreprise créée venait à fermer, le créateur pourrait demander le paiement du reliquat de ses allocations.

Enfin, par manque d’information, les créateurs d’entreprise ne pensent pas aux aides européennes auxquelles ils peuvent prétendre. Pourtant, il existe le fonds européen de développement régional (FEDER) qui intervient dans le cadre de la politique de cohésion économique, sociale et territoriale. Mais aussi, selon l’implantation géographique de l’entreprise, le FEADER (fonds européen agricole pour le développement rural), confié aux Conseils Régionaux, qui est un fonds d’aides européennes intervenant pour le développement rural.

Les garanties et prêts d’honneur : véritable coup de pouce !

Une autre aide aux créateurs d’entreprise s’adresse à ceux qui, pour les besoins de leurs activités, ont besoin d’un prêt bancaire. Bpifrance est un organisme qui pourra actionner une garantie couvrant jusqu’à 60% du prêt. D’autres organismes proposeront des prêts à taux 0 associés à un prêt bancaire. C’est notamment le cas du NACRE (Nouvel accompagnement pour la création et la reprise d'entreprise) qui englobe un accompagnement au montage du projet et l’obtention d’un prêt, sans intérêts, de 1000 à 8000 euros. Ce dispositif s’adresse aux bénéficiaires de l’ACCRE, de l’ARCE ou aux bénéficiaires de la Garantie création Bpifrance.

SMAvie peut vous apporter toute l’aide et l’accompagnement dont vous avez besoin tant sur un plan personnel que professionnel. En effet, définir et mettre en place un projet professionnel demande rigueur, anticipation et décisions. Nos conseillers sont à votre écoute pour faire un bilan de votre situation et vous orienter de manière efficace.

Document publicitaire

 

Sources : https://www.capital.fr/votre-carriere/aides-subventions-pour-entreprendre-voici-comment-les-decrocher-1296552

Envoyez-nous votre avis